Guide Télétravail Québec
Type de contenu
Ergonomie

Plus consultés

Comment limiter la fatigue cognitive

14 avril 2022

Dans le cadre du télétravail et du travail hybride, les travailleurs n’ont jamais passé autant de temps en mode virtuel, le corps immobile, le regard fixé sur l’écran. Les innombrables visioconférences, la fatigue associée à la pandémie et à l’isolement, et le retour au bureau à la fois motivant, bruyant et inquiétant comptent parmi les nombreuses causes de cette fatigue cognitive.

Les récentes statistiques sont surprenantes : un travailleur sur deux rapporte un effet négatif de la pandémie sur sa santé mentale, selon une étude de l’Université Laval. L’épuisement au travail, qu’il soit de nature émotionnelle, physique ou professionnelle fait partie de la réalité pour beaucoup d’entreprises au Canada. Les jeunes (18-24 ans) semblent plus touchés par les enjeux de santé mentale : environ le tiers des personnes sondées affirment vivre de l’anxiété ou souffrir de dépression. L’étude de l’Université Laval note que « le degré de détresse psychologique est plus faible chez les personnes travaillant en présentiel la majorité du temps que chez celles qui travaillent en mode télétravail la majorité du temps ou en mode hybride. »

Alors, quelles stratégies les entreprises peuvent-elles mettre en place pour soutenir leurs employés dans la gestion de cette fatigue cognitive? Isabelle Gagné, ergonome certifiée, associée et chef de pratique chez Intergo, a répondu à nos questions.

Reconnaitre les symptômes et les risques de la fatigue cognitive

Isabelle Gagné confirme que la fatigue cognitive est un problème relativement récent.

« Tout travail d’ordre cognitif, intellectuel va solliciter l’attention, la concentration et la mémoire. Or, depuis le début de la pandémie, les gens sont connectés plus longtemps à leur travail et ils sont statiques, car tout se fait en ligne. On ne bouge pas beaucoup et on a toujours les yeux rivés sur un écran. Notre attention et notre concentration sont aussi sollicitées lorsqu’on reste longtemps devant l’ordinateur ou qu’on assiste à des réunions virtuelles. »

Lorsque les capacités cognitives sont sursollicitées, les gens vont se plaindre des symptômes suivants :

  • Mal de tête
  • Fatigue oculaire
  • Difficultés de concentration ou d’attention
  • Fatigue générale et perte d’énergie

La fatigue cognitive peut mener à l’épuisement professionnel. Les travailleurs qui doivent mettre toujours plus d’efforts pour accomplir leurs tâches souffrent vite d’une surcharge. S’en suivent le sentiment d’échec et l’épuisement. D’où l’importance d’adapter les façons de travailler et de créer un environnement qui favorise le bien-être et la satisfaction.

La fatigue liée aux réunions virtuelles

Pour éviter que les réunions virtuelles deviennent une source de fatigue dans un contexte de travail hybride, Isabelle Gagné propose quelques conseils :

  • Limiter la durée des réunions à 30-60minutes
  • Suivre un ordre du jour précis
  • Prévoir des pauses pendant la rencontre
  • Déterminer, en fonction des objectifs de la réunion, si la rencontre doit se tenir en mode virtuel ou présentiel

« Définitivement, il ne faut pas passer la journée en réunion. Il faut aller à l’essentiel. L’attention est trop soutenue et on ne bouge pas. L’être humain a besoin de bouger. »

Le retour au bureau : quelques bonnes pratiques

Faire participer les équipes

Alors qu’on se dirige vers la normalisation du travail hybride, Isabelle Gagné insiste sur l’importance d’inviter les travailleurs à prendre part aux discussions sur les façons d’aménager le travail hybride.

« Plus les gens sont impliqués, plus ils ont un certain contrôle sur la tâche à accomplir et les moyens pour le faire, plus ils auront l’impression d’être satisfaits. Ça fait partie des stratégies et des facteurs protecteurs en matière de la santé mentale. Avoir une certaine marge de manœuvre et une certaine liberté, ça peut contribuer à augmenter la satisfaction au travail. »

Prévenir les irritants

Pour éviter les irritants qui peuvent surgir alors que l’on retourne au travail en présentiel, madame Gagné propose l’adoption d’un code de vie au bureau. Si les travailleurs sont installés dans une aire ouverte, par exemple, le bruit peut nuire à la concentration et augmenter la fatigue. Dans ce cas, voici quelques bonnes pratiques à adopter :

  • Créer une zone de travail individuel
  • Encourager le chuchotement et prévoir des zones dédiées au travail collaboratif
  • Proposer l’utilisation d’écouteurs

Favoriser le leadership

Finalement, l’experte rappelle que pour que le travailleur puisse fournir un travail de qualité et ainsi avoir un sentiment de satisfaction, il doit jouir d’une marge de manœuvre dans l’organisation de ses tâches et de sa journée de travail. Deux suggestions :

  • permettre au travailleur de choisir les tâches à faire au bureau et celles à faire en télétravail;
  • inviter ses équipes à indiquer dans leur agenda qu’ils ne sont pas disponibles pour prendre part à des appels, du clavardage ou autre, et désactiver les notifications des équipes à certaines heures

« En ergonomie, on aime beaucoup la notion de marge de manœuvre. Si les gens sont capables d’organiser leur horaire en fonction de la quantité et de la qualité du travail qu’ils ont à produire et de leur énergie cognitive, ça donne du contrôle et une marge de manœuvre pour rester en santé physique et psychologique et cognitive. »


Portrait d'Isabelle Gagné
Isabelle Gagné – Intergo

Ergonome certifiée et associée et chef de pratique chez Intergo

Contacter cette ergonome

Dossier ergonomieSanté mentale